4ème journée d’études: les systèmes nationaux de recherche dans le champ des aires culturelles

Journée d’études préparatoire au colloque annuel de l’IdA

27 mai 2014 – 9H30-17H00, Institut des Amériqueslogo ida

 Coordination : Arezki CHERFAOUI (Université de Versailles Saint Quentin, UMR 8085 Printemps).

[notes de J. Pothier]

Le champ des aires culturelles est en pleine transformation dans plusieurs pays, au sein et hors d’Occident. De nombreux chercheurs s’interrogent en effet sur les manières de rendre compte de nouveaux concepts, de nouvelles théories et de nouvelles structures pour redéfinir ce champ afin de mieux saisir les réalités politiques, économiques et culturelles dans un contexte de globalisation. Cette quatrième journée d’études est consacrée aux systèmes nationaux de recherche dans le champ des aires culturelles. Il s’agit d’abord de mettre en évidence les structures de recherche existantes ou émergentes -dans une perspective comparée – de différents pays. Au delà, l’objectif vise à saisir les représentations de l’ordre du monde à travers ces structures, tant sur le plan des disciplines que des objets d’études, caractéristiques des différentes institutions identifies. On s’attachera par ailleurs à mettre en exergue les contextes nationaux -historique, politique ou culturel – dans lesquels s’insèrent ces institutions.

La représentation du monde devient un concept majeur.[1]

Comment fait-on des SHS ailleurs?

Comment l’histoire nationale façonne-t-elle la vision du monde?

Est-on sorti de l’essentialisme occidental?

 

« Les aires culturelles en France, genèse de l’émergence d’un champ  académique. »
Arezki CHERFAOUI, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (UVSQ).

L’institutionnalisation des aires culturelles en France , en tant que champ académique, connaît une transformation profonde à partir de la seconde guerre mondiale, sous l’impulsion de Fernand Braudel. La création de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – et en son sein la division aires culturelles – apparaît comme un moment clé  de la nécessaire (re)connaissance des cultures du monde. Au delà de sa dimension institutionnelle, le champ des aires culturelles révèle des enjeux de nature politique et idéologique, économique et sociale, qui vont structurer  plusieurs décennies de la recherche scientifique française.

Cette communication a pour objectif de mettre en exergue ces enjeux – dans leur contexte historique –  pour comprendre la manière dont s’est effectuée la structuration de ce champ.

Le cas français est révélateur des problèmes évoqués aujourd’hui. AC retrace la structuration des laboratoires de SHS à partir d’une vision désormais non dogmatique, tournant le dos à la cueillette culturelle depuis la première guerre mondiale avec l’abandon de la théorie des races. Le modèle colonial perdure jusqu’à après la seconde guerre mondiale, qui détermine les priorités (il n’y a pas de débouchés pour des études d’aires russes ou chinoises).

Clément Heller, de Harvard, lié à la fondation Rockefeller, rejoint Braudel pour un programme d’ « étude du monde contemporain ». La 6ème section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes devient l’EHESS, avec l’ambition de se départir d’une vision américaine trop politique (opposition est/ouest). Mais dans certaines aires les forces sont surtout en philologie et histoire. Les économistes restent attachés aux facultés de droit, auxquels les rapproche le recrutement par l’agrégation. Une autre difficulté est budgétaire : les financements sont liés aux priorités des co-financeurs du CNRS, en particulier la fondation Rockefeller—qui par exemple n’a aucun intérêt pour l’Afrique Noire.

De nos jours les difficultés financières perdurent, ainsi que les enjeux d’organisation de la recherche.

Discussion

Mona Huerta souligne que c’est à NY que Claude Lévi-Strauss avait fondé l’Ecole Libre des Hautes Etudes, préfiguration d’une université française à reconstruire. A l’époque, la Fondation Rockefeller ne s’intéressait pas au financement de recherches sur l’Amérique Latine. Hervé Théry signale le site eurobroadmap.eu, qui reflète une enquête sur comment l’Europe est vue hors d’Europe (Dire l’Europe à travers le monde – Les mots des étudiants dans l’enquête EuroBroadMap). Mais existe-t-il une vision non eurocentrique de l’Europe ?Eurobraodmap

“Le paysage universitaire brésilien et l’ordre du monde vu du Brésil”.
Hervé THERY, (Université de Paris 3 – CREDA)

Au cours des 12 dernières années, sous les deux mandats du président Luis Inacio “Lula” da Silva et celui de l’actuelle présidente, Dilma Rousseff, plusieurs programmes spectaculaires ont été lances, 18 universités fédérales ont été créées, le programme Prouni (Programa Universidade para Todos) a ouvert l’accès a l’Université à près de 2 millions d’étudiants, le programme Ciência sem fronteiras en a offert 100 000 pour que des Bresiliens aillent étudier a l’étranger. Quelles en ont été les conséquences sur le paysage universitaire brésilien, notamment en SHS? Dans quelle vision du monde s’inscrivent ces changements et – plus globalement – le changement de statut du Brésil dans le monde?

Faiblesse des approches par aires culturelles dans le paysage universitaire brésilien, réduites à des options occasionnelles. Sur le monde vu du Brésil, lire chapitre 6 de Hervé Théry, Le Brésil, pays émergé. Où se situe le Brésil ? Dans l’Amérique du sud, pas l’Amérique latine, en relation privilégiée avec Europe, Amérique du Nord, Japon. Réseau des BRICs ; politique africaine à travers le « monde lusophone ».

HT présente l’énorme effort de développement universitaire engagé depuis 2003 par le Président Lula. Mais la portion des sciences sociales dans les très nombreuses bourses pour études à l’étranger est négligeable. Les Brésiliens ne souhaitent pas former des experts des autres parties du monde, et ne s’intéressent pas au comparatisme. Tradition « d’anthropophagie ».

 « Etudier « Ailleurs » au Japon : Fabrique des Aires Culturelles dans les milieux universitaires japonais. »
Kae AMO, EHESS, Institut des Mondes Africains (IMAf).

Pourquoi et comment étudier les cultures loin de chez soi ? Au Japon, comme en France, les études des différentes aires culturelles sont, certes, motivées par la curiosité intellectuelle des chercheurs mais elles sont aussi et surtout liées aux projets politiques de l’Etat, initiateur de nombreux programmes scientifiques. En France, l’anthropologie et l’ethnologie ont pris de l’ampleur à l’époque coloniale avec comme principaux sujets d’études les « sociétés primitives » d’ailleursAilleurs faisant référence à l’Afrique, au Moyen-Orient, et dans une moindre mesure, à certains territoires en Asie et en Amérique.

Au Japon, les recherches sur les différentes régions d’Asie se sont développées pendant la Guerre du Pacifique (1941-1945), au cours de laquelle l’Empire du Japon (1868-1945), dans sa volonté expansionniste, a voulu prendre le contrôle de plusieurs pays de l’Est asiatique et du Pacifique. Les Minzoku Kenkyu ou études ethnologiques se sont ainsi multipliées dans les années 1940 dans l’optique de comprendre les sociétés des pays et territoires visés par l’Empire.

L’après-guerre et la mise en place de nouvelles disciplines dans les universités ont ouvert d’autres perspectives en sciences sociales. Les chercheurs ont adopté un nouveau langage scientifique, celui de « Area Studies », utilisant des méthodes et théories importées des Etats-Unis. Dans les universités, publiques et privées, furent créé des laboratoires de recherches dédiés à l’Afrique, aux Amériques et à l’Europe. Trois tendances bien distinctes firent leur apparition, selon les découpages disciplinaires et territoriaux.

Tout d’abord, celles des études historiques, archéologiques et anthropologiques sur les civilisations et cultures du Moyen-Orient et de l’Europe antique. Les orientalistes japonais ont accumulé des connaissances d’une grande richesse. Quant aux études sociologiques, géopolitiques ou économiques, elles ont pour objet l’analyse des sociétés du « Nord ». Ces recherches, fondées plus récemment, sont axées sur les pays industrialisés (Amérique du Nord, Europe et quelques pays d’Asie). Enfin, l’objectif des Chiiki Kenkyu ou « Area Studies» est de comprendre les coutumes d’une communauté spécifique en profondeur, le plus souvent en mobilisant les méthodes d’enquêtes ethnographiques. L’objet d’études le plus fréquent étant les sociétés « traditionnelles » d’Asie, d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique latine.

Toutefois, le découpage disciplinaire et territorial varie selon l’établissement universitaire. Les études les plus récentes tentent de dépasser les barrières disciplinaires ou territoriales des recherches aussi bien que les clivages institutionnels pour « faire face à la mondialisation» (Science Council of Japan, 2008).

En nous appuyant sur les expériences empiriques de différents milieux universitaires, ce travail vise à s’interroger sur l’invention des Aires Culturelles au Japon au fil de l’histoire, et leur reconstruction voire réinvention aujourd’hui. Il s’agit de mettre en lumière la place des recherches portant sur les différents territoires géographiques dans la production des savoirs universitaires et leur application sur le champ politique.

Tendances actuelles :

  1. Cursus universitaires : ils ne tiennent pas compte des aires culturelles et privilégient les approches disciplinaires (les laboratoires de recherche sont disciplinaires—à noter la spécialisation d’unités de recherche sur les langues, surtout européennes). Anisi l’étude de l’Afrique passe par l’étude de l’arabe : il existe un Research Institute for Langages of Asia and Africa (Tokyo University of Foreign Studies) où a été introduite l’étude de langues africaines (wolof). A notre des programmes thématiques trans-régionaux, comparatistes.
  2. Des gakkai (associations de chercheurs) s’intéressent aux études régionales. Un chercheur peut appartenir à plusieurs de ces réseaux—associations d’études régionales ou disciplinaires, liées à des associations internationales. Parmi les membres, des doctorants, quelquefois des étudiants de master. Le science Council of Japan liste une vingtaine d’aires géographiques de différentes échelles (sur 43 en 2008). Il existe une Association Japonaise des Cultures Internationales.
  3. Think tanks
  4. Chercheurs indépendants, humanitaires (études sur la pauvreté, la paix, le commerce équitable)…

Le partage des connaissances se faisant en japonais, peu de circulation internationale.

Discussion

Bien distinguer aires culturelles et études régionales (sur lesquelles pèse le passé colonial)

Rémanence du souci de la construction d’une identité japonaise : études ethnographiques sur le Japon.

« Regards européens sur l’Amérique latine. »
Mona HUERTA, Observatoire des Cultures d’Amérique Latine (LOCAL).

Depuis quatre à cinq décennies, les Européens se rencontrent dans des structures aménagées pour l’échange et le partage de l’information scientifique issue de leurs recherches. Les Documentalistes et bibliothécaires se rencontrent au sein du réseau européen d’information et de documentation sur l’Amérique latine (REDIAL), les chercheurs  dans le cadre du conseil européen des recherches sociales sur l’Amérique latine (CEISAL). Cette communication vise à présenter un panorama de la situation européenne des études sur l’Amérique latine, en mettant en exergue la genèse des institutions présentées.

1895 : Journal de la société des Américanistes

Des jeunes professeurs actifs à l’origine des études américaines ; Lucien Fèvre, Claude Lévi-Struass Pierre Monbeig, Roger Bastide. Soutien des Alliances Françaises. Paul Rivet : IFAL au Mexique, IFEA à Lima, un institut en Haïti, un autre au Chili, fondation de la Maison de l’Amérique Latine, du groupe parlementaire France-AL, etc… tout un tissu institutionnel entre France et AL par la science et la culture. Un groupe d’universités et grandes écoles de France veille à ce que la culture française soit présente dans toutes les Universités de la région, constituant un réseau d’influence pour la France.

1954 : création de l’IHEAL. Importance des géographes : P. Monbeig structure l’IHEAL sur l’étude de l’aire culturelle et la pluridisciplinarité. 1968 : CREDAL, CEGET (Bordeaux, géographie tropicale). L’IHEAL essaime en région : Grenoble, Bordeaux, Toulouse, Lyon… GIS Amérique Latine. Au départ « Institut de l’Université de Paris », l’IHEAL est rattaché à la littéraire université Paris III.

En Europe :

1930 : Berlin Ibero-Amerikanisches Institut Stiftung Preußischer Kulturbesitz

1943 : Hispanic and Luso Brazilian Councils, Canning House, London

1942: Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Seville

1946: Instituto de Cooperacion Ibero-americana Madrid, dans un esprit de reconquête

1951: Stockholm Latinamerikainstitutet

Années 1960: regain d’intérêt pour l’Amérique Latine à la suite de la révolution cubaine. Les Européens verraient-ils dans l’échec des USA l’occasion de refonder leur influence ? Une vingtaine d’instituts se constituent en 30 ans.

Développement d’associations de latino-américanistes : CEISAL (soutenu par la fondation Ford : président occidental, VP issu de l’Europe de l’Est), AHILA,

1989 : REDIAL . Bilans du latino-américanisme européen (dernier : 2010)  faisant apparaître la variété de l’approche de la région selon les pays.

Baisse de l’intérêt pour l’AL après la chute du Mur de Berlin, regain à partir de 2004 au sortir d’une longue récession régionale.

 La recherche en aires culturelles en Allemagne : genèses et institutions. »
Jan WORLEIN (Université de Paris Ouest – Nanterre).

Le gouvernement allemand dépense actuellement le plus de ressources financières en aires culturelles en Europe et a essayé de peser sur les débats conceptuels de la notion à partir des années 2000. Cette communication s’intéresse aux conditions, acteurs et structures, qui expliquent cette croissance d’intérêt particulière.

La communication présentera les études latino-américaine comme exemple pour une analyse des déterminants historiques allemands en forme d’un colonialisme commercial, des continuités institutionnelles de la République Fédérale en matière d’aires culturelles et analyse la politisation actuelle de la recherche en aires culturelles.

  1. Des origines institutionnelles : un colonialisme commercial

1.1      Le philanthropisme étatique : Alexander von Humboldt (1769-1859), frère du fondateur du système universitaire moderne (prussien) Wilhelm von Humboldt

Expédition scientifique en Amérique latine.

Fondation du séminaire des langues orientales à la Friederich Wilhelms Universität : formation des élites pour la politique coloniale. Avant guerre : Institut des études latino-américaines (1925-30), à visées commerciales ; Ibero-Amerikanisches Institut (1930)

2. Refondation post-guerre, après désintérêt des nazis pour l’espace extra-européen. Frei Universität : Östeuropean Institut (1951), JFK Institut (1963), financés par la fondation Ford. Latinamerika Institut, tiers-mondiste (1970). Compétences interculturelles : traduction des particularités culturelles pour faciliter le commerce.

3. Redécouverte dans les années 2000 : groupe de travail « études régionales » du Conseil des Sciences (2000). Livre blanc mondialisation et aires culturelles (2006). Les études régionales (et non sciences régionales) sont le lieu de rencontre des disciplines « exactes »

3.2    Etat des lieux : repolitisation des aires culturelles. Volonté de renforcer les compétences sur des régions d’intérêt national général, donc favoriser des centres d’aires culturelles intra-universitaires, et des réseaux de compétence extra-universitaires. Financement direct et généreux par le ministère de la recherche fédéral. Mais faible professionnalisation des formations. Les études régionales sont favorisées par les financements des fondations privées d’entreprises, comme par la DFG . Perspectives plus anthropologiques que géographiques.


[1] Voir Karoline Postel-Vinay L’occident et sa bonne parole: nos représentations du monde, de l’Europe coloniale à l’Amérique hégémonique (Flammarion 2005).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.