2ème journée d’études

La notion d’aires culturelles : approches philosophiques et sémiologiques

Organisée par Damien Erhardt (UEVE) et Jacques Pothier (UVSQ)

logo ueve            uvsq logo       logo_ida

Institut des Amériques, Salle Tocqueville, jeudi 12 décembre 2013, 14H-17H

Argumentaire

La notion d’aires culturelles renvoie à une double dimension, à la fois géographique et historique. Sur le premier plan, la notion recouvre l’idée d’étendue, d’espace au sens géographique comprenant l’ensemble des caractéristiques de la géographie physique (relief, climat etc.) ; sur le plan historique, l’accent est mis sur les éléments de stabilité inhérents aux sociétés, aux cultures. Or, que sont les cultures au sens de l’expression ‘aires culturelles’ ? Pris dans cette acception de long terme, il s’agit de découpages du monde en ensembles supposés homogènes construits sur des éléments de similitude et s’opposant les uns aux autres, découpages qui ont forgé nos représentations cartographiques contemporaines après la deuxième guerre mondiale,  façonnant les esprits dès le plus jeune âge à tour de ce qu’il est convenu de nommer la mappemonde. En France, Braudel semble le premier à en avoir dressé une définition : il s’agit d’une structure définie par un espace au sens géographique, une économie, un système de mentalités, de croyances religieuses etc. Du point de vue épistémologique, il faut distinguer la notion de ‘culture’ au sens que lui donne Braudel – qui utilise le terme de civilisation – de l’acception allemande de ‘Kultur’ liée à une conception plus quotidienne, plus immédiate de la vie sociale. La notion d’aires culturelles se distingue aussi de celle d’area studies propre aux approches anglo-saxonnes, notion qui semble davantage relever de logiques d’expertise, de finalité instrumentale. Mais dans quelle mesure les aires culturelles françaises n’ont-elles pas elles aussi fait l’objet d’une instrumentalisation analogue ?

La notion d’aires culturelles a été construite au sein du courant des Annales, à une époque (l’après deuxième guerre) où les efforts intellectuels s’appuyaient sur une vision structuraliste de reconstruction du monde. C’est dans un contexte récent très différent qu’apparaissent les concepts de ‘cultural studies’, de regional studies et plus récemment outre-Atlantique de cultural spaces ou d’ethnoscapes : dans toutes ces expressions sont mis en exergue les dynamiques de flux, de stratification sociale et de changement. La notion d’’espace’ – au sens des technologies numériques – n’est parfois plus liée à un territoire géographiquement situé ; à cette nouvelle ère correspondent de nouvelles aires. Comment actualiser la notion d’aires culturelles à l’aune des concepts nouveaux qui apparaissent dans les dénominations institutionnelles ou dans la littérature scientifique ? Comment ces différentes notions se situent-elles les unes par rapport aux autres ? En quoi déplacent-elles pour l’ajuster notre vision du monde de demain ? Telles sont quelques unes des questions qui pourront être réfléchies pendant cette journée d’études.

Participants

Georges LOMNE (U. Paris-Est Marne-la-vallée): Histoire des concepts et aires culturelles : les enseignements du projet
Iberconceptos et du Dictionnaire des concepts nomades.

Damien EHRHARDT (UEVE), Quelques réflexions sur les notions d’aires et d’espaces culturels dans les régions anglophone, francophone et germanophone

Vasoodeven VUDDAMALAY (UEVE), Influence de l’approche états-unienne des area studies : l’université et la politique étrangère

Jacques POTHIER (UVSQ) & Gustavo GUERRERO (UCP): Penser les Amériques comme aire culturelle multilingue : le renouveau des American Studies

Joanna NOWICKI (UCP)

Interventions

Georges LOMNE

Histoire des concepts et aires culturelles : les enseignements du projet Iberconceptos et du Dictionnaire des concepts nomades. [PDF téléchargeable: Aires_12_déc-2013]

I. Georges LOMNE situe l’enjeu du projet: harmoniser un espace européen de compréhension mutuelle, un projet d’anamnèse historique. Il s’agit de refuser le diktat de notions autochtones « intraduisibles ». Projet qui lutte contre l’autocentrisme de l’occident… ou y retombe? Décrire l’émergence des concepts à travers des pratiques.

II. Un exemple: l’entrée Occident: l’Europe occidentale ne s’est pas toujours pensé comme un tout. A quel moment se cristallise l’adéquation Europe/Occident? Dans la colonisation. 1963: Braudel met à distance la « civilisation dite occidentale »

III. L’entreprise des Concepts nomades continue avec le tome II et des inflexions: effort pour se détacher des « européismes ». Comparaison entre le Dictionnaire des Concepts nomades et Iberconceptos, cette dernière tentative tendant plutôt à souligner les divergences que les convergences cachées. Par exemple, la nation n’est pas une invention occidentale qui se serait généralisée sur la planète: les aires post-coloniales s’organisent comme aires de transformation plutôt que comme aires d’identité.

Les subaltern studies évitent de penser les aires culturelles comme des sortes d’homothéties de la nation

Damien ERHARDT

Quelques réflexions sur les notions d’aires et d’espaces culturels dans les régions anglophone, francophone et germanophone

[Documents PDF téléchargeables: Texte exposé Aires culturelles
Diaporama Aires culturelles Institut des Amériques ]

Damien Erhardt situe le concept d’aires culturelles dans une évolution de l’accent mis sur les espaces, puis les aires, pour revenir peut-être de nos jours à des espaces, alors que la notion de culture oscille entre culture matérielle et culture spirituelle. L’attention à la notion d’aires culturelles serait difficile à détacher d’une idéologie du moment.

 Vasoodeven VUDDAMALAY

Les fondateurs des area studies

Vasoodeven Vudddamalay renvoie à l’ouvrage de Bernard S. Cohn, Colonialism and its Forms of Knowledge: the British in India (1996), une étude sur les cultures traditionnelles de l’Inde du Nord. Il retrace les origine des « South Asian Studies » aux USA et en France, liée à la vision nostalgique des communautés rurales utilisant le sanskrit. Aux Etats-Unis, l’étude des aires culturelles a été impulsée par le National Defense Education Act (1958), soutenu par la Ford Foundation (qui a également soutenu la création de l’EHESS). Il s’agit, dans une perspective pragmatique, de donner aux politiques les éléments nécessaires pour élaborer leur stratégie. Sciences sociales positivistes. Les principaux moteurs des South Asian Studies sont désormais les enfants de la diaspora, mus par un désir identitaire–ce qui souligne le poids du désir dans la structuration de la recherche aréale.

David L. Szanton « The Origin, Nature, and Challenges of Area Studies in the United States » in David L. Szanton, ed., The Politics of Knowledge: Area Studies and the Disciplines GAIA Books, Global, Area, and International Archive, UC Berkeley (2003). En ligne.

Voir aussi: Matthias Basedau & Patrick Köllner « Area Studies and Comparative Area Studies: A Primer on Recent Debates and Methodological Challenges » GIGA, Hamburg. En ligne.

Gustavo GUERRERO

Construction d’un espace culturel nord/sud: la notion de baroque

Gustavo Guerrero évoque les apports du séminaire interdisciplinaire organisé en 2012 à l’IdA sur les littératures du Sud des Etats-Uni et d’Amérique hispanique.

L’exposé de Jacques POTHIER sur les « American Studies » est reporté, faute de temps, au deuxième volet de cette journée d’études, mais des éléments en sont présents dans un exposé plus général proposé dans le cadre de la formation interdisicplinaire de l’Ecole Doctorale CRIT (UVSQ), consultable ici: Nouveaux enjeux des aires culturelles à l’heure de la mondialisation et d’Internet

Conclusions

  1. Ce premier volet d’une réflexion sur les approches méthodologiques et sémiologiques a permis d’aborder les glissements de sens et de connotations entre aires et espaces culturels, conception de la « culture ».
  2. Elle a mis en évidence le biais « occidentaliste » de la notion d’aire culturelle (post-coloniale): « nous » vs. les aires culturelles.
  3. Importance de retracer l’historiographie des notions, en particulier le caractère déterminant de al subjectivité (enjeux de pouvoir / désir identitaire )

 

1 réponse

  1. 08/03/2014

    […] Le compte-rendu de la JE du 12 décembre 2013 à l’Institut des Amériques et les documents annexe…sur le site du carnet TRACES. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *