Les journées d’études

Journée d’études en projet: Représenter le monde de demain : Revisiter l’usage des approches en termes d’aires culturelles ?

La mappemonde française actuelle – que diffusent tous les manuels de géographie, les médias et sur laquelle s’appuient naturellement la plupart des chercheurs – permet-elle une vision correcte du monde de demain ? La réponse est loin d’être aisée tant cette représentation du monde est devenue pratique au sens qu’une alternative semble difficile à imaginer tant elle est prête à l’emploi. Ancrée dans les habitudes intellectuelles, cette représentation du monde n’est pourtant pas sans danger intellectuel et sociétal, exacerbant ici les dérives essentialistes à la manière huntingtonnienne, et là focalisant éternellement sur les mêmes régions du monde pour dénoncer les mêmes maux : un exemple significatif est la fuite des cerveaux qui voudrait que le Nord pille le Sud, notamment en matière de personnel médical. Or, les données établies (cf. travaux de H. Le Bras) infirment cette idée largement reçue. Doit-on maintenir une représentation normative du monde ou la cartographie du monde doit-elle opérer sa révolution à l’âge du numérique ? C’est dans cette direction que M. Foucher interroge les spécialistes de la géo cartographie – (et propose un système numérique de cartographie positive disponible sur i-pad !). Plutôt que figée, imprimable à l’infini, la cartographie contemporaine doit être adaptée aux enjeux à saisir : c’est ainsi que l’on peut se représenter le monde à partir des rapports qu’établissent certains chefs des Etats dits ‘émergents’ (l’indicateur étant le nombre de voyages vers les pays tiers de chacun d’eux). Le mode représentationnel est ici revisité de manière dynamique, de manière à saisir les flux, les réseaux qui se tissent à l’échelle planétaire, les logiques circulatoires. Dans quelles mesures cet ajustement intellectuel aux moyens technologiques numériques permet-il de refonder les représentations en aires culturelles ? Peut-on envisager aujourd’hui de saisir les flux, les transferts et les réseaux entre les aires culturelles de manière dynamique, voir les recompositions d’aires culturelles (Afrique-Asie, Amériques, Méditerranée) ? Autrement dit, doit-on représenter les aires culturelles par ce qui les lie plutôt que par ce qui les sépare ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *