1ère journée d’études

Comparatisme et enjeux épistémologiques ; appréhender l’intégration dans les Amériques.

Organisateurs : Cynthia Ghorra-Gobin (FR), Laurence Whithead (RU)

Mardi 8 octobre 2013 (9H-17H)

A l’heure de la mondialisation qui se traduit notamment par l’intensification des flux d’échanges, des circulations et par une connectivité renforcée entre les acteurs, les sociétés et les territoires, cette journée d’études se propose d’explorer le comparatisme comme méthodologie permettant de rendre compte des processus d’intégration (formelle et informelle) dans les Amériques.

Toute personne invitée à participer au séminaire présentera en 15-20 minutes à partir de son ancrage disciplinaire, de l’objet d’études privilégié, des méthodes quantitatives et/ou qualitatives mobilisées et des spécificités inhérentes à son terrain, la manière dont il ou elle conçoit le comparatisme.

Le comparatisme est ici pensé comme une méthodologie permettant de rendre compte des complexités inhérentes aux dynamiques de mondialisation en dépassant le cadre national, en prenant en compte les dynamiques relationnelles entre des Etats, des territoires, des villes ou des groupes sociaux, de proposer une grille de lecture permettant de franchir la « frontière » entre le Nord et le Sud et de permettre une avancée épistémologique.

La matinée sera consacrée aux présentations. Chaque présentation sera suivie de quelques questions.  L’après-midi servira à discuter des éléments structurants des échanges afin de rédiger le texte servant de base à la demi-journée du colloque sur les aires culturelles.

Ordre du jour

10h00    – 10h15

Introduction de Jean-Michel Blanquer et de Laurence Whitehead

10h15 – 11h00

Première intervention «  Le comparatisme : contribuer au renouvellement des connaissances sur les Amériques » (Cynthia Ghorra-Gobin)

11h00 -11h45

Deuxième intervention « Social Activism in the Internet Age: Latin American experiences in comparative perspective » (Bert Hoffmann)

11h45 – 12h00 Pause

 12h00 – 12h45

Troisième intervention « Approches transversale, géographique et atlantique: les nécessités du comparatisme pour l’étude des Amériques coloniales » (Bertrand Van Ruymbeke)

12h45 – 14h00 Déjeuner

14h00    – 14h30

Quatrième intervention par Skype (Sébastien Velut)

14h30 – 15h15

Cinquième intervention (Martine Azuelos)

15h15 – 15h30 Pause

15h30 – 16h15

Discussions sur les éléments structurants des échanges de la matinée

16h15-16h45

Rédaction du texte sur le rôle et la place du comparatisme pour l’aire culturelle incluant les Américanistes de l’Amérique du Nord et les Américanistes de l’Amérique latine et propositions pour le colloque sur les aires culturelles.

 

Résultats de la journée d’étude

La journée d’étude « comparatisme » a porté sur la relation entre la démarche comparatiste et  le concept des aires culturelles. Les intervenants ont fait référence à leurs expériences de recherche concrètes dans les Amériques pour déterminer la valeur ajoutée du comparatisme pour une redéfinition des aires culturelles dans un monde globalisé. Le débat était centré sur sept axes :

1.       Promouvoir une réflexion méthodologique consciente

La comparaison inter-, trans- et intra-régional comme elle est pratiqué par les chercheurs de l’Institut des Amériques demande d’expliciter constamment les constructions des objets de recherche au-delà de l’Etat nation. La recherche dans une logique des aires culturelles est donc accompagnée d’une réflexion constante sur la méthodologie de la comparaison.

2.       Renforcer l’induction et les richesses des données empiriques

 La démarche comparatiste dans la recherche sur les Amériques profite de connaissances empiriques accumulées de spécialistes régionales, qui arment des débats théoriques. La démarche inductive de cette recherche comparatiste contrebalance les études comparatives avec un grand nombre de n-cas, en isolant des processus stables dans une géométrie territoriale variable sans oublier le contexte des catégories et concepts utilisés. La démarche inductive est donc aussi plus ouverte pour la promotion d’une finalité ouverte du processus de recherche La recherche sur une aire culturelle spécifique permet également d’introduire des données de « régions périphériques » dans les débats scientifiques.

3.       Faciliter des connaissances des langues (et langages scientifiques)

Travailler dans une logique transrégional permets la comparaison perpétuelle de différents systèmes et traditions de recherche, qui sont ancrés dans des langues scientifiques qui sont différent de l’anglais  comme langue scientifique hégémonique. Cette recherche souligne ainsi l’existence de traditions scientifiques divergentes et elle pour cette raison capable de  développer les compétences et ressources pour les jeunes chercheurs

4.       Le dialogue entre disciplines, aires culturelles, la traduction de traditions scientifiques

L’espace des aires culturelles est un espace transdisciplinaire. L’échange entre chercheurs qui travaillent et comparent des objets proches dans cet espace entrent dans un dialogue, qui crée un savoir-faire particulier de traduction entre traditions scientifiques et disciplines.

Cette recherche est aussi confrontée à la comparaison de sources  et données « inégales », de différentes qualités ou sur différents échelles d’abstraction.

5.       Rendre visible les connaissances tacites

Connaitre à profondeur un espace particulier est toujours accompagné par des connaissances tacites, qui sont invisible pour le chercheur, qui compare à grande échelle. Dans la comparaison entre spécialiste régionale, ces connaissances deviennent apparentes.

6.       Aider à classifier, contrôler, créer des catégories à partir des expériences empiriques

La recherche comparatiste transrégionale sensibilise pour le contexte dans lequel un concept est formé. Cela permet de contrôler les catégories utilisées dans les débats scientifiques plus larges.

7.       Déconstruire des frontières obsolètes

La comparaison de recherches transrégionales facilite de contester des catégories territoriales réifiées. Les spécificités de la comparaison en travaillant sur une aire culturelle permettent de recréer et redéfinir des découpages territoriaux d’une manière consciente. Ce type de recherche peut donc aussi proposer des découpages situationnelles alternatives.

Deux propositions concrètes ont été faites pour animer les débats au sein de l’Institut des Amériques

  • Créer une bibliographie d’études comparatives de référence (Conseil Scientifique)
  • Considérer l’existence d’un prix « comparatisme » ou « aires culturelles (Conseil Scientifique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *