Les journées d’études

Le colloque ‘Aires Culturelles 2014’ est projeté pour la fin de l’année 2014. Afin de le préparer dans les meilleures conditions, cinq journées d’études – bimensuelles – sont proposées à partir de septembre 2013. Celles-ci couvrent des thématiques majeures qui ressortent des travaux en cours et se dérouleront sur l’année universitaire 2013-14.

Le programme et le bilan des journées d’études passées ou imminentes est accessible en cliquant sur le titre. Si vous souhaitez contribuer aux journées suivantes, écrivez à jacques.pothier@institutdesameriques.fr .

 

1ère journée d’études : Comparatisme et enjeux épistémologiques ; Appréhender l’intégration dans les Amériques.

Organisateurs : Cynthia Ghorra-Gobin (FR), Laurence Whithead (RU)

Mardi 8 octobre 2013 (9H-17H)

A l’heure de la mondialisation qui se traduit notamment par l’intensification des flux d’échanges, des circulations et par une connectivité renforcée entre les acteurs, les sociétés et les territoires, cette journée d’études se propose d’explorer le comparatisme comme méthodologie permettant de rendre compte des processus d’intégration (formelle et informelle) dans les Amériques.

Toute personne invitée à participer au séminaire présentera en 15-20 minutes à partir de son ancrage disciplinaire, de l’objet d’études privilégié, des méthodes quantitatives et/ou qualitatives mobilisées et des spécificités inhérentes à son terrain, la manière dont il ou elle conçoit le comparatisme.

Le comparatisme est ici pensé comme une méthodologie permettant de rendre compte des complexités inhérentes aux dynamiques de mondialisation en dépassant le cadre national, en prenant en compte les dynamiques relationnelles entre des Etats, des territoires, des villes ou des groupes sociaux, de proposer une grille de lecture permettant de franchir la « frontière » entre le Nord et le Sud et de permettre une avancée épistémologique.

La matinée sera consacrée aux présentations. Chaque présentation sera suivie de quelques questions.  L’après-midi servira à discuter des éléments structurants des échanges afin de rédiger le texte servant de base à la demi-journée du colloque sur les aires culturelles.

 

2ème et 3ème journées d’études : La notion d’aires culturelles – Approches philosophiques sémiologiques.

Organisateurs : Jacques Pothier (UVSQ) & Damien Ehrhardt (Evry) [France]

Organisateur :  Bert Hoffmann [Allemagne]

La notion d’aires culturelles renvoie à une double dimension, à la fois géographique et historique. Sur le premier plan, la notion recouvre  l’idée d’étendue, d’espace au sens géographique comprenant l’ensemble des caractéristiques de la géographie physique (relief, climat etc.) ; sur le plan historique, l’accent est mis sur les éléments de stabilité inhérents aux sociétés, aux cultures. Or, que sont les cultures au sens de l’expression ‘aires culturelles’ ? Pris dans cette acception de long terme, il s’agit de découpages du monde en ensembles supposés homogènes construits sur des éléments de similitude et s’opposant les uns aux autres, découpages qui ont forgé nos représentations cartographiques contemporaines après la deuxième guerre mondiale, façonnant les esprits dès le plus jeune âge à tour de ce qu’il est convenu de nommer la mappemonde. En France, Braudel semble le premier à en avoir dressé une définition : il s’agit d’une structure définie par  un espace au sens géographique, une économie, un système de mentalités, de croyances religieuses etc. Du point de vue épistémologique, il faut distinguer la notion de ‘culture’ au sens que lui donne Braudel – qui utilise le terme de civilisation – de l’acception allemande de ‘Kultur’ liée à une conception plus quotidienne, plus immédiate de la vie sociale. La notion d’aires culturelles se distingue aussi de celle d’area studies propre aux approches anglo-saxonnes, davantage centrées sur des logiques d’expertise, de finalité instrumentale. Distincte par l’orientation épistémologique ou par la finalité, la notion d’aires culturelles a été construite au sein du courant des Annales, à une époque (l’après deuxième guerre) où les efforts intellectuels s’appuyaient sur une vision structuraliste de reconstruction du monde. C’est dans un contexte récent très différent qu’apparaissent les concepts de ‘cultural studies’, de regional studies et plus récemment outre atlantique de cultural spaces : dans toutes ces expressions sont mis en exergue les dynamiques de flux, de stratification sociale et de changement. La notion d’’espace’ – au sens des technologies numériques –  n’est parfois plus liée à un territoire géographiquement situé ; A cette nouvelle ère correspondent de nouvelles aires. Comment actualiser la notion d’aires culturelles à l’aune des concepts nouveaux qui apparaissent dans les dénominations institutionnelles ou dans la littérature scientifique ? Comment ces différentes notions se situent –elles les unes par rapport aux autres ? En quoi déplacent-elles pour l’ajuster notre vision du monde de demain ? Telles sont quelques unes des questions qui pourront être réfléchies pendant cette journée d’études.

 

 4ème journée d’études : Les systèmes nationaux de recherche dans le champ des aires culturelles. Comparaisons internationales.

Organisateur : Arezki Cherfaoui (FR)

27 mai 2014, à l’institut des Amériques 

La structuration de la recherche française dans le champ des aires culturelles a été organisée à partir de la sixième section de l’EPHE, devenue l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à partir des années soixante, donnant lieu à une division ‘aires culturelles’ qui organise encore aujourd’hui les études d’aires en France. En effet, c’est sur le modèle en aires culturelles héritée de l’approche braudélienne que se sont constituées les études d’aires dans l’ensemble des universités françaises. Modernisant la conception de l’école des langues orientales (ex- Inalco), la conception en aires culturelles repose sur une approche opposant l’Orient à l’Occident, mais plus encore l’Est à l’Ouest, la Nord au Sud. Sur un plan strictement organisationnel, ces démarcations comptent pour beaucoup puisque la recherche ne se fait pas de la même façon selon que l’on explore le Brésil, visite l’URSS ou expérimente en Afrique noire. Les ressorts politiques, économiques et budgétaires, intellectuels diffèrent.

Qu’en est-il dans les autres systèmes nationaux de recherche ? Comment se sont constitués les area studies dans les universités nord-américaines ? Quelle est la spécificité des modèles nord-européens (Suède-Finlande-Norvège) et allemands ? Comment étudie-t-on les cultures du monde dans les universités japonaises ? Cette journée d’études vise deux objectifs : d’une part connaître les différents modes d’organisation de la recherche dans le champ des aires culturelles dans certains pays avancés ; d’autre part, expliciter le mode d’institutionnalisation par une mise en perspective historique de la manière dont se sont constituées les études d’aires dans ces pays. Ces deux directions apparaissent comme l’occasion d’analyser en contexte  la performance des systèmes de recherche dans le champ des aires culturelles.

 

5ème journée d’études : Enseigner et former aux aires culturelles : enjeux et perspectives.

Organisateurs : Georges Lomné, Joanna Nowicki  et Jean-Michel Blanquer

26 Juin 2014

L’offre de formation proposée par le système d’enseignement supérieur français est riche et couvre l’ensemble des cultures du monde, intégrant dans un système LMD jusque dans les langues, cultures et dialectes les plus locaux (cf. curricula à l’Inalco). Cette diversification de l’offre, si elle positionne l’enseignement supérieur français parmi les plus dotés à l’échelle mondiale –les chercheurs français sont les spécialistes mondiaux de plusieurs langues rares – se heurte cependant à des difficultés croissantes. Une première difficulté concerne les effectifs étudiants dont les évolutions – en forte baisse – demeurent problématiques au moins pour certaines institutions très emblématiques. De manière corrélative, cette diversification doit être nuancée par une distribution très asymétrique entre les différentes langues et cultures en moyens, en effectifs enseignants et en étudiants. Dans certaines spécialités peuvent figurer quelques étudiants et dans d’autres plusieurs centaines. Une deuxième difficulté tient aux objectifs des formations aux aires culturelles : doit-il s’agir massivement de formations destinées à la recherche et à l’enseignement ou y a-t-il une nécessité impérieuse d’intégrer une dimension professionnalisant systématique pour réajuster les tendances à la baisse des inscriptions ? Si oui, dans quelles proportions et dans quels domaines de compétences ?

Cette question est intimement liée à une troisième difficulté qui concerne la formation à la recherche : comment faire face à la polarisation disciplinaire qui caractérise certaines aires en dépit du discours multidisciplinaire ? Au-delà, quid des intitulés de diplômes ? Par discipline ou par aires ? Avec quelle rentabilité pour l’étudiant du point de vue de son placement sur le marché du travail ? Ces questions sont intrinsèquement liées : le rétrécissement des débouchés tarit la source des effectifs entrants dans les filières d’aires, menaçant de ce fait leur survie. Cette journée d’études vise à apporter des éclairages sur les différentes situations en fonction des aires étudiées.

 

Séminaire « Les études sur l’Amérique latine en Europe »

5 novembre 2014 10h-11h30, Institut des Amériques : 60 Boulevard du Lycée 8ème étage, 92170 Vanves (métro Corentin Celton)

Organisé par le CEISAL (Consejo Europeo de Investigaciones sobre América Latina), ce séminaire permettra notamment d’échanger sur l’offre de Masters sur l’Amérique latine en Europe. Dans un format « atelier », les échanges entre les participants auront lieu  à partir des interventions introductoires de :

Carlos Quenan, (Institut des Amériques, président de CEISAL), Elda Gonzalez (Consejo Superior de Investigaciones Cientítficas, CSIC, Espagne), Vladimir Davydov (Instituto de Latinoamerica de la Academia de Ciencia, Russie), et Jussi Pakkasvirta (University of Helsinki, Finlande).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *