Le projet TRACES

Affiche colloque IdA 2014

Affiche colloque IdA 2014Le projet TRACES (Théoriser la Recherche en Aires Culturelles : Évolutions et Stratégies / TRiangulating Area studies : Concepts, Evolutions, Strategies) consiste à évaluer les enjeux scientifiques et sociétaux de la recherche sur les « aires culturelles » en sciences humaines et sociales dans une perspective comparatiste.

L’événement structurant de ce projet est le colloque international « Aires culturelles » organisé les 5, 6 et 7 novembre 2014 par l’Institut des Amériques (voir argumentaire, comité scientifique, programme).

Ce colloque a été préparé par une série de journées d’études dont les compte-rendus sont disponibles sur ce blog. La réflexion sur le rôle des aires culturelles dans la recherche a vocation à se poursuivre au-delà de ce moment fort.Les visions scientifiques du monde contemporain – à partir des années 2000 – sont en plein bouleversemcouverture Braudelent, du fait de l’effondrement des équilibres géo-politiques, économiques et culturels qui ont organisé l’après guerre (1945-1990) à l’échelle mondiale, à partir de la notion d’aires culturelles définie par Fernand Braudel. A notre époque les binarités politique (Est/Ouest), économique (nord/Sud), culturelle (orient/occident) sont remises en cause. En effet, plusieurs pôles d’excellence – que ce soit outre Atlantique ou en Europe (Allemagne) ont commencé à investir ce champ de réflexion en vue de proposer de nouvelles approches.

Fort de l’héritage braudélien, la recherche française a la légitimité et la capacité à orienter, proposer et conduire de nouvelles perspectives sur la scène internationale. Dans cette perspective, une première direction consiste à déconstruire le concept d’’aires culturelles’ en se demandant s’il rend suffisamment compte des dynamiques mondiales, aujourd’hui organisées autour de logiques circulatoires, de flux et de perceptions subjectives ou collectives, entre ou à l’intérieur de nations prises dans la mondialisation. Les géométries variables auxquelles donnent lieu ces logiques permettent d’exposer de nouvelles catégories analytiques telles que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui, si elles maintiennent les notions de territoires et d’espaces géographiques situés, en reconfigurent la pertinence, en écartent les dérives essentialistes.

Les avancées en la matière sont particulièrement saillantes à l’Institut des Amériques. Les approches scientifiques récentes retiennent de manière nodale les croisements, les circulations et les repositionnements des territoires à travers des heuristiques méthodologiques performantes : la redécouverte scientifique des Amériques repose sur les interconnexions entre l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et les Caraïbes. En ce sens, l’Institut des Amériques apparaît comme un acteur scientifique capable de porter le renouveau des approches sur les visions du monde, au-delà de la notion d’aires culturelles. L’objectif est comparatiste: il s’agit de comparer la structuration de la recherche en SHS en France et à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *