Globalisation et globish sont-ils une fatalité?

Dans « Quel avenir pour le « Global English » à l’heure de la mondialisation ? » sur le site http://www.euractiv.fr Michaël Oustinoff, professeur à l’Université Nice Sophia Antipolis et chercheur associé à l’ISCC/CNRS, met en doute le présupposé d’un impérialisme culturel de l’anglais, sous sa forme abâtardie de globish. Et non, ce n’est pas pour rappeler que le chinois est la langue la plus parlée au monde. En fait, c’est le plurilinguisme qui se répand. Et si l’une des incarnations persistantes de l’aire culturelle peut se définir par l’aire qui a une langue en partage, les aires culturelles gardent leur pertinence à l’aire de la mondialisation. Bien sûr, il faut continuer à étudier l’anglais, mais pas que. « S’en remettre au seul globish, ce n’est pas avoir une modernité d’avance : c’est avoir une modernité de retard. « 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *