Après le colloque « aires culturelles 2014 »: bilan d’étape.

Le douzième colloque annuel de l’Institut des Amériques (5-7 novembre 2014) s’est donné pour objet, sous l’égide du Conseil Scientifique du GIS, de repenser les prémisses scientifiques sur lesquelles le GIS s’était constitué, à savoir la pertinence et les enjeux d’une recherche axée sur une aire culturelle. Intervenant alors que l’INSHS du CNRS avait récemment lancé d’autres GIS d’aires culturelles, le colloque invitait naturellement à convier toutes les communautés scientifiques intéressées à une réflexion commune : les GIS « Etudes africaines en France », « Moyen-Orient et mondes musulmans », « Asie » et le GDR « Connaissance de l’Europe Médiane » se sont joints à la réflexion. Autres partenaires naturels : les grands organismes structurés pour l’étude des aires culturelles, tels que l’EHESS, le CERI Sciences Po, la FMSH, l’INALCO.Le projet était coordonné par une petite équipe d’organisateurs : Jean-Michel Blanquer, président de l’IdA, directeur de l’ESSEC ; Jacques Pothier, vice-président de l’IdA (professeur de littérature américaine, CHCSC UVSQ) et Arezki Cherfaoui (doctorant en sociologie, Printemps, UVSQ), soutenu également par Damien Ehrhardt (SLAM, UEVE).

Cet objet d’étude a paru appeler une méthodologie particulière :

–          Une série de journées d’études balisant une réflexion de fond, pour aboutir à un premier argumentaire scientifique pour le colloque, soumis à un comité scientifique réunissant les acteurs travaillant dans la perspective des aires culturelles ;

–          Un blog sur hypotheses.org regroupait toutes les informations sur l’action et l’accompagnant dans son déroulement, http://trac.hypotheses.org

–         L’élaboration d’un programme de colloque permettant une participation équilibrée, selon un découpage thématique mis au point avec ce comité scientifique.

Les journées d’études : amont et aval du colloque

Cinq journées d’études préparatoires – à un rythme bimensuel — ont été organisées à partir de septembre 2013 en amont du colloque. Celles-ci couvrent des thématiques majeures qui ressortent des travaux en cours et se sont déroulées sur l’année universitaire 2013-14. Le programme et le bilan des journées d’études a été tenu à jour sur le blog de l’action.

Des journées d’études continuent d’être organisées en aval du colloque sur des aspects suscités par l’avancement de la réflexion, et dores et déjà le colloque 2016 de l’Institut des Amériques renouvellera la coopération entre GIS Asie et Institut des Amériques.

Le 12ème colloque annuel du GIS Institut des Amériques.

Affiche3-croppedLe point d’étape auquel nous arrivions, au début du colloque international de l’IdA 2014 (5-7 novembre 2014), est que l’épistémè  « aires culturelles » en SHS est au carrefour à la fois d’une évolution des identités culturelles collectives et de l’évolution des disciplines, les unes postulant un fonctionnement universel du phénomène humain, les autres tirant leur raison d’être des particularismes. Selon les disciplines, ou les approches (par discipline, sous l’angle de la formation, pour les décideurs), les présupposés sur les aires culturelles ne sont pas les mêmes, ce dont témoignent les hésitations sur les termes de désignation : aires géo-culturelles, aires régionales, aires culturelles ?

Cette épistémè est remise en cause par des facteurs de la globalisation qui exigent des adaptations (numérique, nouveaux réseaux, diasporas, ensembles non régionaux, nouveau flux… et les nécessités de compétence et de formation qui en découlent). Mais les aires culturelles n’ont jamais impliqué un découpage du monde en ensembles distincts, parce que chaque aire obéit à des critères de définition qui ne sont pas systématiques  (par exemple, le « monde musulman » est une aire qui mord sur d’autres aires continentales, parce qu’il est identifié à une communauté de confession). Suivant la perspective, l’échelle, la granularité, la densité des aires culturelles peut varier considérablement.

Mais en somme, à l’orée du colloque, la question n’est plus seulement de définir ce qu’est une aire culturelle, mais ce qu’elle fait, ce qu’on en fait, à quoi elle sert, ce qu’une telle approche induit. On peut synthétiser les approches de notre colloque selon trois mouvements :

  1. L’impasse serait de considérer les aires culturelles sous le seul angle du logos, de l’épistémologie. Biais colonial ou impérialiste ancien, piège transitif  du peuple actif qui pense un autre passif, du sujet qui pense un objet. Il est classique d’opposer les aires culturelles, comme plus généralement les studies, champs d’études parfois limités dans le temps, centrées sur un objet, aux disciplines centrées sur une méthodologie, et donc une rigueur scientifique qui est elle-même une construction culturelle. Les détracteurs d’une approche des phénomènes socio-humains sous l’angle culturel mettent justement en relief les dangers idéologiques d’une fascination pour, voire d’une essentialisation de l’objet (aire culturelle), aux dépens de l’universel de l’expérience humaine. L’approche comparatiste, en recherchant des occurrences comparables dans des aires posées comme distinctes, attentive à la sérendipité qui verrait surgir de ces terrains autres de nouvelles interrogations, montre que les approches disciplinaires font leur miel de la diversité des terrains. Sans souligner que les études d’aires ont servi  à assurer une puissance, voire à faire la guerre, il est important de garder à l’esprit les enjeux de pouvoir (politique ou académique) qui motivent la définition des aires culturelles. Enjeu stratégique, les regards par aires culturelles sont sans doute bien autant inscrits dans une temporalité (au plan géopolitique, les stratégies impériales ; au plan académique, les stratégies de carrière ou les stratégies de recherche nationales ou supranationales) que dans la spatialité  à laquelle on les associe spontanément.
  2. L’approche par aire culturelle fonde donc son heuristique sur une dimension éthique : la question de la légitimité du sujet, le principe de travailler avec l’autre quand on travaille sur lui. La langue a un pouvoir axiologique. La linguistique fournit ici un modèle, avec la notion d’intraduisibles qui contient l’hypothèse d’approches intellectuelles différentes. Les mécanismes de traduction et de transculturalité et le jeu de leurs acteurs reste à creuser. L’angle peu développé jusqu’ici est celui des « passeurs de culture », acteurs parfois paradoxaux de la constitution durable des aires culturelles–car les aires culturelles ne vont pas sans action des créateurs, qu’ils soient artistes ou innovateurs. À moins de penser comme le suggérerait la base-line du Musée du Quai Branly que les cultures se rencontrent toutes seules, les aires culturelles ne sont pas en effet en elles-mêmes pro-actives, et les hommes ont montré leur capacité surprenante à forcer leur environnement.
  3. Enfin, quelle que soit l’universalisation des concepts qu’impose la civilisation globalisante, un autre universel de l’humanité est le mécanisme imaginaire de l’identité, qui conduit à se rassembler avec ce à qui on pense ressembler, pour se différencier de l’autre ainsi construit—dans des conduites qui peuvent même paraître aberrantes. La valeur ajoutée que constitue la dimension esthétique des productions culturelles (voire, si l’on y pense, toutes les constructions humaines) pèse évidemment dans ces identifications, Herder et les romantiques le savaient bien. Les aires culturelles sont traversées, aujourd’hui comme hier, par ces processus narcissiques, mais selon des modalités de circulation dans laquelle les nouveaux modes de communication, le numérique, la globalisation et la rapidité des circulations physiques et symboliques injectent une complexité nouvelle dans l’universalisation de surface d’un « territoire-monde ».

Alors, fallait-il changer de concept ? Le terme « aire culturelle », dans ses ambiguïtés, a néanmoins sur d’autres (aires régionales, area studies, études aréales) la vertu de mettre l’accent sur les représentations des acteurs.

En aval de cette manifestation, si des enjeux ont pu être éclairés, il est évident qu’un champ de recherche reste ouvert,

  • Dans l’émergence (contingente ? éphémère ?) d’aires culturelles transversales (migrations, diasporas, communautés de destin politique—exemple de la francophonie–, économique, climatique)—la prise en compte d’une chronologie complexe et de ses effets de cristallisation/dilution ;
  • en matière de construction de l’espace européen et atlantique de la recherche, dont devraient découler…
  • des formations à bâtir mettant en pratique ce « voir avec » l’autre (le moindre mérite des aires culturelles pourrait être leur vertu d’outil pédagogique—on se souviendra que la formulation fondatrice des aires culturelles par Fernand Braudel figurait dans un ouvrage à vocation pédagogique), induisant pour les GIS un programme d’action spécifique qu’ils sont bien placés pour induire. Pourvu, en France, que les nomenclatures de formations préconisées réglementairement permettent à de telles formations aréales d’apparaître.

En matière de publication, nous disposons d’un matériau digne de compléter l’ouvrage  collectif de David L. Szanton sur les études d’aires aux Etats-Unis[1]. Dans un premier temps les vidéos des interventions et tables-rondes, recueillies et préparées par les techniciens du CNRS, sont disponibles depuis le site de l’Institut des Amériques.

Le chantier n’est pas épuisé, et le carnet de recherche http://trac.hypotheses.org continuera de refléter une réflexion qui se poursuit . Le volet « développement des formations » était le moins fourni du colloque, or il est un élément indispensable pour continuer à légitimer des études d’aires dans un cadre comme celui de l’IdA. Il faut approfondir comment ces formations existent ou se développent en particulier en Europe par un travail de fond de repérage et d’opération conjointes.

Le colloque favorise aussi la possibilité d’actions conjointes entre communautés scientifiques de recherche par aires culturelles.


[1] Szanton, David L.  The Politics of Knowledge: Area Studies and the Disciplines. UCIAS Edited Volumes uciaspubs/editedvolumes/3 (1 janvier 2002). .


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DALLET dit :

    Merci de cette synthèse qui expérimente à la fois l’heurisitque, l’esthétique et l’éthique. J’avais suggéré de travailler sur des « Savoirs de frontières » à partir des différents récits (textes, oralités, images), dans l’ouvrage publié en codirection avec Elie Yazbek en 2013 (collection Ethiques de la Création Institut Charles Cros/harmattan).
    Je voudrais vous suggérer également d’aborder le champ épistémologique de la forêt ou de la nature, des notions conjointes qui peuvent éclairer encore plus les dimensions culturelles.
    Bien à vous
    Sylvie Dallet
    professeur des universités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *