5ème journée d’études – Enseigner et former aux aires culturelles : enjeux et perspectives

Logo fmsh programmes scientifiqueslogo ida

 Programme Amériques FMSH – Institut des Amériques

Organisateurs :  Georges Lomné (UMV), Joanna Nowicki (UCP)  et Jean-Michel Blanquer (ESSEC, Président de l’IdA)

26 Juin 2014, FMSH, Le France, 190, avenue de France, salle 2 (RdC), 9H-13H

[notes de J. Pothier, sous réserve de corrections des contributeurs]

                            Index de la page
Pierre Boilley, « L’enseignement de l’histoire de l’Afrique en France »
Jean-Marc Fevret,« Le Moyen-Orient : images d’une aire culturelle occidentale ? »
Joanna Nowicki, « Comment enseigner L’Europe médiane en France ? »
Czesław Porębski, « Latin American and Europe: Past and Present of a Special Relationship »
Georges Lomné, « L’Amérique latine en France : recherche et enseignement »
Gustavo Guerrero, « L’enseignement sur l’Amérique latine dans les universités nord-américaines »
Jacques Pothier, « « Etudes US / Etudes nord-américaines / Etudes américaines » en Europe »

L’offre de formation proposée par le système d’enseignement supérieur français est riche et couvre l’ensemble des cultures du monde, intégrant dans un système LMD jusque dans les langues, cultures et dialectes les plus locaux (cf. curricula à l’INALCO). Cette diversification de l’offre, si elle positionne l’enseignement supérieur français parmi les plus dotés à l’échelle mondiale –les chercheurs français sont les spécialistes mondiaux de plusieurs langues rares – se heurte cependant à des difficultés croissantes. Une première difficulté concerne les effectifs étudiants dont les évolutions – en forte baisse – demeurent problématiques au moins pour certaines institutions très emblématiques. De manière corrélative, cette diversification doit être nuancée par une distribution très asymétrique entre les différentes langues et cultures en moyens, en effectifs enseignants et en étudiants. Dans certaines spécialités peuvent figurer quelques étudiants et dans d’autres plusieurs centaines. Une deuxième difficulté tient aux objectifs des formations aux aires culturelles : doit-il s’agir massivement de formations destinées à la recherche et à l’enseignement ou y a-t-il une nécessité impérieuse d’intégrer une dimension professionnalisant systématique pour réajuster les tendances à la baisse des inscriptions ? Si oui, dans quelles proportions et dans quels domaines de compétences ?

Cette question est intimement liée à une troisième difficulté qui concerne la formation à la recherche : comment faire face à la polarisation disciplinaire qui caractérise certaines aires en dépit du discours multidisciplinaire ? Au-delà, quid des intitulés de diplômes ? Par discipline ou par aires ? Avec quelle rentabilité pour l’étudiant du point de vue de son placement sur le marché du travail ? Ces questions sont intrinsèquement liées : le rétrécissement des débouchés tarit la source des effectifs entrants dans les filières d’aires, menaçant de ce fait leur survie. Cette journée d’études vise à apporter des éclairages sur les différentes situations en fonction des aires étudiées.

« L’enseignement de l’histoire de l’Afrique en France ».

Pierre Boilley (Professeur à Paris-1, Panthéon-Sorbonne, Directeur de l’Institut des mondes africains, IMAF).

L’histoire académique de l’Afrique est une spécialité récente au sein de l’Université française. Malgré les liens historiques anciens avec le continent, les stéréotypes français sur l’Afrique et son passé n’ont pas permis qu’une recherche sérieuse s’implante avant la décolonisation et les années 60. Or, soixante ans après les indépendances, force est de constater que non seulement les postes d’enseignants-chercheurs sont très rares dans cette spécialité, mais que l’histoire africaine reste très peu présente à l’agrégation et dans l’enseignement secondaire. Quelques chiffres permettent facilement d’analyser cette situation qui, à part certaines fragiles avancées récentes, reste fondamentalement à améliorer.

Contributeur de L’Afrique de Sarkozy: un Déni d’Histoire, Pierre Boillley considère le discours de Dakar comme significatif de la place congrue de l’Afrique dans l’enseignement, et partant dans les stéréotypes et la mémoire des citoyens. Le problème est accru par la confusion introduite par l’espace de la francophonie.  Les programmes du secondaire font (en 6°) une large place à l’Egypte ancienne, considérée dans l’espace méditerranéen: la dimension africaine est ignorée. En 4°-3° l’un de thèmes au programme est « la confrontation entre Islam et occident chrétien ». Les grands empires médiévaux africains peuvent être évoqués en 5°, mais sur une durée maximale de 3H. En 3° « l’Europe à la découverte du monde » ne laisse aucune place à l’Afrique. L’histoire du 20° siècle ne la mentionne qu’à partir de la colonisation. La notion de Tiers Monde est encore présente: l’Afrique est un espace de décolonisation, aspect de « la France dans le Monde ». En résumé, dans les 7 ans du secondaire, l’Afrique n’est pratiquement jamais envisagée pour elle-même, sauf pour ces 3H facultatives en 5°.

La liste des thèmes au programme de l’agrégation mentionne rarement l’Afrique, et toujours sous l’angle de ses liens avec l’Europe. Cette absence de l’Afrique à l’agrégation a des conséquences sur la place des études africaines à l’université: une dizaine de dir. de recherche sur l’Afrique au total en France. Dans une situation de concurrence sur un poste vacant, un fléchage histoire de France tend toujours à primer sur un poste d’histoire des aires culturelles. Mais peu de pays européens font vraiment l’histoire de l’Afrique.

Discussion

JM Fevret a l’intention de proposer aux membres du Conseil de Gestion de l’APHG  (dont il fait partie) d’effectuer une recension des sujets d’agrégation passés .

Olivier Giron (MESR) demande si l’approche de l’aire n’est pas détournée par les perspectives anthropologiques et ethnologiques.

Nelson Vallejo-Gomez (FMSH) souligne qu’internet concurrence l’éducation scolaire pour comprendre la complexité du monde.

« Le Moyen-Orient : images d’une aire culturelle occidentale ? ».

Jean-Marc Fevret, (Professeur d’économie, sociologie et histoire des sociétés contemporaines en classes prépa HEC. Membre du comité national de l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie, APHG).

L’enseignement français du Moyen-Orient relève encore de sa rhétorique fondatrice tout en s’étant profondément renouvelé depuis deux générations : des programmes de l’aval de l’enseignement secondaire à ceux de l’enseignement purement supérieur.

Cette aire, très marquée par les projections occidentales, par le contact et la confrontation, est  présentée comme un objet privilégié de l’étude de la conflictualité mais est aussi définie par les réseaux qui l’enserrent. L’abord sociologique s’y impose depuis plusieurs décennies, proposant des grilles interprétatives en mutations constantes. Les registres d’étude sont ici distendus entre l’impact des interrogations du moment et la volonté de mettre en perspective les phénomènes socioculturels sur le très long terme.

Ici aussi se pose donc la question de l’élaboration et de la pertinence d’une certaine multidisciplinarité.

 Histoire du Moyen-Orient comme aire culturelle. Les « cultural studies » projettent une spacialisation occidentale des sociétés autres/ minoritaires/ minorées. Définit un champ relativement cohérent par rapport aux aires qui l’entourent. Le Moyen-Orient devient une aire culturelle après la 2° Guerre Mondiale.

JMF retrace l’histoire institutionnelle de la recherche sur le Moyen-Orient: Institut Français d’Etudes Arabes (1922), Institut de Géographie du Proche et du Moyen-Orient, Centre d’Etude et de Recherche sur le Moyen-Orient Contemporain, enfin IFPO (2003: archéologie et études de l’antiquité; département d’études arabes et modernes; études arabes contemporaines).

Le Moyen-Orient a gagné une place un peu plus importante que l’Afrique dans les programmes de terminale.

[texte de la Conférence sur l’enseignement français du Moyen-Orient MSH 26.06.2014 J.M. FEVRET-1, aimablement communiqué par l’auteur]

Discussion

Importance du politique sur les programmes; mais est-il totalement illégitime d’imaginer que les programmes soient votés par la représentation nationale? Poids non scientifique des différents acteurs: auteurs de manuels, éditeurs, associations de professeurs, syndicats… A noter que la France se distingue à assigner à l’école la mission de former le citoyen: dans d’autres pays, la priorité peut être donnée à l’autonomie; ou le bonheur individuels.

« Comment enseigner L’Europe médiane en France ? ».

Joanna Nowicki (Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise en sciences de l’information et de la communication. Directrice du Master Ingénierie éditoriale et communication).

La constitution d’un  GDR pluridisciplinaire « Connaissance de L’Europe Médiane » par Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marie-Elisabeth Ducreux (CNRS-EHESS) et Clara Royer (Université Paris4 Sorbonne) a mis en évidence la volonté de nombreux chercheurs français de réactualiser ce concept, peu connu du grand public. L’espace envisagé, va de l’Allemagne à l’Ouest à la Russie à l’Est, de la Finlande au Nord à la Bulgarie au Sud, c’est-à-dire qu’il inclue l’Europe baltique, l’Europe centrale (au sens large), l’Europe orientale et l’Europe balkanique.

Quelles peuvent être  les raisons  de mettre en valeur aujourd’hui ce concept qui n’est pas rentré dans l’usage courant et comment enseigner cette aire culturelle toujours insuffisamment présente dans les départements universitaires en France, habitués aux pratiques disciplinaires  et aux découpages géographiques qui la mettent trop souvent en marge ?

 Lien fort entre culture et politique: l’expérience intellectuelle de l’autre Europe. Tzvetan Todorov (Devoirs et Délices): la spécificité littéraire comme question d’histoire–la littérature auxiliaire de l’histoire humaine. Voir Masłowski et al. (bibliographie): dans la construction de l’identité européenne, l’approche politique tend à prévaloir dans l’enseignement, mais il faut tenir compte d’une approche littéraire et d’une approche culturologique. Le monde de la culture est celui de la création, au rebours de la nature et du déterminisme.

L’Europe médiane est par excellence une aire où géographie, histoire, littérature, science politique se superposent. De grandes représentations collectives regroupent ces pays autour d’expériences partagées: quasi absence d’expansion coloniale, discontinuité de l’existence nationale, frontières mouvantes, interculturalités fortes. L’Europe centrale a toujours été périphérique. Une Europe médiane au positionnement complexe, une zone de confins (voir Nowicki, bibliographie ).

[Télécharger L’Europe Médiane, texte aimablement communiquée par l’auteur]

« Latin American and Europe: Past and Present of a Special Relationship ».

Czesław Porębski (Professeur de Philosophie à l’Institute of European Studies, Université Jagellone, Cracovie).

The course on various aspects of the relationship Latin America-Europe is being offered within the program called Euroculture. This program is a joint initiative of eight European universities, Jagiellonian University in Cracow being one of them. The program will be briefly presented.

The main part of the presentation will be devoted to the contents  of the course and to the way it is being taught. One of the characteristic features of the course is that it combines academic perspectives of several disciplines. In consequence, each component of the course is taught by a different person  who is  an  expert on a  given field, such as history,   political science, anthropology, sociology, literary studies, history of Latin American thought etc. Some more definite topics of the particular components of the course will be, by way of example, briefly discussed, as well as reading assignments and illustrative materials.

 Présentation du MA Erasmus Mundus Euroculture: http://euroculturekrakow.com/. L’Europe dans un monde plus vaste: le programme inclut l’étude d’ouvrages littéraires comme source de connaissance sur les aires culturelles inaccessible ailleurs.

« L’Amérique latine en France : recherche et enseignement ».

Georges Lomné (MCF à l’Université Paris-Est, Marne-la-Vallée, UPEM. Ancien directeur de l’Institut Français d’Etudes Andines, Umifre 17, MAEDI/CNRS-USR 3337 Amérique Latine).

Au XIXème siècle, les Français ont inventé « l’Amérique latine » à des fins géopolitiques. A partir de 1945, ils lui exprimeraient la gratitude que l’on réserve aux compagnons d’armes. D’un même mouvement, l’Amérique latine deviendrait objet d’étude et d’enseignement. Plusieurs centres de recherche furent alors pionniers dans une démarche d’area studies à la française avant que le diktat disciplinaire ne reprenne ses droits, segmentant les approches et les espaces considérés. Une série de démarches pluridisciplinaires récentes a permis de décentrer le regard et d’inscrire l’Amérique latine dans un contexte plus vaste, occidental et mondial. Á de rares exceptions près, l’Université tarde pourtant à donner ses lettres de noblesse à une aire culturelle souvent considérée comme mineure. Il faudra essayer d’en comprendre les raisons et d’y trouver remède.

 1992: l’Académie Royale recommande l’abandon de l’expression « Amérique latine ». Résurgence de l’expression de 1820 d’hémisphère occidental. L’expression « Amérique latine » avait été introduite par le Chilien Francisco Bilbao en 1856. L’idée provenait de Lamennais: introduire un front latin et spirituel contre le matérialisme anglo-saxon. Le projet servait les ambitions françaises, mais sera récupéré par les milieux maurassiens dans les années 20.

1920-30: idée d’un continent hémisphérique qui pourrait racheter le monde. En 1945 les milieux universitaires français vont réfléchir à la notion d’area studies: Paul Rivet repense le concept d’Amérique latine, et pense à des centres de recherche où collaboreraient Français et Latino-américains, pour contrer l’influence étatsunienne. L’IFEA date de cette époque. Paul Rivet a mauvaise presse auprès des chercheurs disciplinaires (NDLR: comme Simon Leys sur la Chine?).: approche de l’Amérique latine par les substrats indigènes (de l’anthropologie à l’ethnohistoire).

1969: première chaire d’histoire de l’Amérique Latine.

Euro-Amérique: François-Xavier Guerra. Une « américanisation » du Monde? L’hybridisme inventé en Amérique latine s’esporte en effet dans le reste du Monde. L’aire culturelle comme lieu d’influence culturelle mondiale?

L’enseignement sur l’Amérique latine dans les universités nord-américaines.

Gustavo Guerrero. Professeur à l’université de Cergy-Pontoise.

Parler de l’Amérique latine et de l’aire culturelle latino-américaine aux Etats-Unis est devenu un exercice problématique, tant les présupposées d’un tel discours sont imprégnés d’une longue histoire d’ignorance, de méfiance, voire de domination et de conflits. Le but de cette courte intervention est  de rendre compte modestement de mon expérience professionnelle et personnelle en tant que enseignant français et spécialiste de la culture latino-américaine invité à dicter fréquemment des séminaires  de recherche dans des grandes universités américaines.  Comment s’insérer dans le contexte du latino-américanisme nord-américain lorsqu’on vient d’Europe et d’une autre tradition latino-américaniste? Qu’est-ce que cette expérience nous apprend de nos lieux d’énonciation spécifiques et de la construction de l’aire ou les aires culturelles latino-américaines aujourd’hui ? Voici les deux ou trois questions auxquelles je tenterai de répondre dans mon intervention.

[A compléter]

 « Etudes US / Etudes nord-américaines / Etudes américaines » en Europe

Jacques Pothier. Professeur à l’Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines. Vice-Président pour l’Amérique du Nord de l’Institut des Amériques (IDA).

Très encouragées par le Département d’Etat et les fondations étatsuniennes dès le début de la Guerre Froide, les « études américaines » ont été d’abord les études des Etats-Unis, qui se sont souvent développées en marge des études d’anglais et donc dans des départements de langue. Les « américanistes » ainsi conçus sont rassemblés dans la European Association for American Studies (EAAS), mais les programmes de master américanistes européens s’ouvrent à l’Amérique latine et au monde atlantique.

Le tout récent ouvrage collectif intitulé Historians across Borders: Writing American History in a Global Age s’ouvre sur le rappel d’une période pas si éloignée, puisqu’elle s’inscrivait déjà dans le schéma de l’université humboldtienne contemporaine, où il était politiquement incorrect d’enseigner les études américaines. L’étude des autres aires culturelles que la sienne ne ramène-t-elle pas toujours un peu aux problématiques domestiques ?

Cette contribution portera donc tout autant sur l’Europe que sur l’enseignement portant sur l’aire culturelle « américaine », quelle qu’en soit le périmètre. Il faut d’abord se demander si on peut parler d’une approche spécifiquement européenne des Amériques. C’est poser l’hypothèse aussi que le continent européen constituerait une aire culturelle pertinente. Continent ? puisqu’il est convenu de qualifier ainsi cet appendice du continent asiatique, alors que l’Inde, bien plus peuplée et assez diverse,  n’a droit chez nous qu’à l’appellation de sous-continent. L’EAAS embrasse bien plus de pays que l’Union Européenne, puisqu’elle inclut depuis longtemps la Biélorussie, la Russie et la Turquie.

Location counts

Il y a peut-être à s’interroger sur ce moment de recherche : pourquoi réfléchir sur les aires culturelles précisément au moment où l’intégration de l’aire culturelle européenne est en panne, où l’on observe partout un repli sur les identités nationales, et un reflux croissant d’une identité régionale ? Comme l’intégration américaine marque aussi le pas, faudrait-il oublier les aires culturelles et ne plus penser qu’à des régions géo-politiques obligées de régler leur rapport pour la simple raison que la proximité géographique jointe aux coûts des transports, sans parler parfois d’une proximité de langue, les rapproche naturellement ? A l’inverse, ne peut-on pas remarquer que le découpage Braudélien du Monde, où l’Europe joue le rôle d’aire culturelle de référence, correspond à une phase historique d’essor du projet européen…

Ces constatations conduisent à une hypothèse : que l’étude des Amériques suive bien autant les contours de préoccupations nationales que de l’évolution des Amériques. Les américanistes du Vieux Monde et leurs étudiants, après le premier d’entre eux,  Alexis de Tocqueville, cherchent en Amérique la réponse à des questions européennes.  C’était évidemment d’autant plus vrai lors des premiers cours consacrés aux Amériques, digressions de cours consacrés à la littérature anglaise ou à l’histoire européenne. Qu’est ce qui justifie d’étudier l’histoire , la société ou la littérature américaine ? parce que l’opposition ancien monde / nouveau monde joue à plein, en ce vingtième siècle tragique pour l’Europe (guerres civiles, dictatures sanguinaires, racisme virulent, génocides—bref, le déclin européen) : l’Amérique nous fait voir notre futur (idée bien présente au milieu du siècle dernier) : l’avenir de nos sociétés, de nos technologies, voire de nos institutions (alors que l’image de l’Amérique dans les années 30 est associée à la corruption, au crime organisé, à la violence des inégalités sociales et du racisme).

Avant 1945 : la plupart des pays enseignent l’histoire de l’Amérique à partir de leur propre pays. Grande variété d’approches dépendant du pays. Peu d’intérêt pour la littérature américaine, découverte pour les Britanniques par DH Lawrence en 1922—il y voit un antidote permettant de sortir du puritanisme victorien.

1945 : WWII change tout. Les USA lancent une grande offensiveIMG_3314 diplomatique pour conquérir les cœurs et les esprits des Européens. Enseigner l’histoire US est vu comme un moyen de contrer l’influence communiste.

  • Bureau of Educational and Cultural Affairs, US Information Agency: publishing readers, textbooks…Publications de l’US Information Agency
  • USIS soutient la création d’associations d’études américaines : en 1954, fondation de l’EAAS
  • Programme Fulbright
  • Fondations qui soutiennent des chaires américanistes
ERP Truman

[Derniers paragraphes d’une « Esquisse d’une histoire des Etats-Unis » diffusée par le State Department, 1951.]

En même temps le European Reconstruction Program soutient la reconstruction de 16 pays européens (1945-49) : en somme les USA favorisent la cohésion d’une Europe libre. Doctrine Truman de soutien aux peuples libres, responsabilité de la démocratie américaine. Certes, l’effort financier des Etats-Unis n’est pas unilatéral, et a des implications culturelles et industrielles importantes: il suffit de rappeler que, en signant l’accord Blum-Byrnes (28 mai 1946), la France obtenait l’effacement de ses dettes à l’égard des Etats-Unis, mais consentait à ouvrir ses écrans à la production cinématographique américaine, fût-ce aux dépens de la production nationale.

L’époque de financement généreux par les Etats-Unis correspond à l’essor des universités européennes. Mais actuellement l’évolution des ressources des universités conduit un peu partout les départements d’anglais à inclure les autres langues, les area studies. Dans une stratégie de repli, les Etudes Américaines sont diluées dans les études des Mondes Atlantiques ou des Amériques.

Les ouvrages évoqués dans ce compte-rendu sont listés dans la page de pistes bibliographiques de ce blog.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *