Colloque Aires Culturelles 2014

12èmeAffiche_-_Logo3 colloque international de l’Institut des Amériques

5-7 novembre 2014

INALCO (5 novembre) / CNRS (6-7 novembre)

Le colloque ‘Aires Culturelles 2014’ a mis en évidence l’intérêt de porter l’attention sur la notion d’aires culturelles,  thématique porteuse de nombreux enjeux, au delà des cloisonnements disciplinaires et institutionnels. La qualité des interventions, le déroulement des débats, et l’implication de nombreuses personnalités nationales et internationales ont marqué cet événement scientifique.
L’Institut des Amériques et les organisateurs souhaitent donc remercier l’ensemble des intervenants à ce colloque international, pour leur participation et leur implication. Une mise en format vidéo sera bientôt disponible pour une diffusion encore plus large des présentations sur vos sites.

Contact: colloque2014@institutdesameriques.fr

L’affiche a été conçue par Jan Woerlein. Télécharger l’affiche_en pdf

Eléments de discussion (EN)

Les visions scientifiques du monde contemporain – à partir des années 2000 – sont en plein bouleversement, du fait de l’effondrement des équilibres géo-politiques, économiques et culturels qui ont organisé l’après guerre (1945-1990) à l’échelle mondiale, à partir de la notion d’aires culturelles définie par Fernand Braudel. En effet, plusieurs pôles d’excellence – que ce soit outre Atlantique ou en Europe (Allemagne, Angleterre) ont commencé à investir ce champ de réflexion en vue de proposer de nouvelles approches. Fort de l’héritage braudélien, la recherche française et européenne a la légitimité et la capacité à proposer et conduire de nouvelles orientations sur la scène internationale. La création récente des groupements d’intérêt scientifique dans les aires culturelles (Asie, Afrique, Monde Musulman et Amériques) apparaît comme une première initiative de redéploiement  et de restructuration des recherches.

Dans cette perspective, une première direction consiste à déconstruire le concept d’’aires culturelles’ en se demandant s’il rend suffisamment compte des dynamiques mondiales, aujourd’hui organisées autour de logiques circulatoires, de flux et de perceptions subjectives ou collectives, entre ou à l’intérieur de nations prises dans la mondialisation. Les géométries variables auxquelles donnent lieu ces logiques permettent de faire émerger de nouvelles catégories analytiques telles que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui, si elles maintiennent les notions de territoires et d’espaces géographiques situés, en reconfigurent la pertinence, en écartent les dérives essentialistes. Si  ce ré-ordonnancement du monde apparaît un enjeu politique majeur, le comprendre et disposer des outils conceptuels et méthodologies suffisamment novatrices pour le saisir apparaît comme un enjeu scientifique mondial de premier ordre.

Les approches scientifiques récentes retiennent de manière nodale les croisements, les circulations et les repositionnements des territoires à travers des heuristiques méthodologiques performantes : les nouvelles approches des Amériques, par exemple, reposent sur les interconnexions entre l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et les caraïbes. En ce sens, l’Institut des Amériques apparaît comme un acteur scientifique capable de faire part de son expérience pour renouveler les approches sur les visions du monde, au-delà de la notion d’aires culturelles. Au-delà, il s’agit de s’interroger sur les articulations entre les aires culturelles et les disciplines, en évitant les écueils d’une opposition peu féconde jusqu’à présent tant aux niveaux théoriques et méthodologiques que de point de vue de la structuration des institutions d’enseignement et de recherche. Dans quelle mesure peut-on pérenniser la pertinence des approches par les aires culturelles sans sacrifier leur spécificité au sein des SHS, à savoir un corpus de connaissances situées, accordant une importance particulière aux compétences linguistiques et culturelles ? Par ailleurs, quelle place occupe aujourd’hui l’étude des nouveaux espaces d’interculturalités, entre zones aréales ? Enfin, sur le plan de la diffusion des connaissances, comment adapter les curricula de formation en tenant compte des nouveaux contextes de professionnalisation à l’échelle globale, en apportant des réponses efficaces à l’effondrement des effectifs dans certaines filières d’aires minoritaires ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces questions centrales, ce colloque peut être l’occasion d’une réflexion scientifique internationale à trois niveaux : la genèse des aires culturelles ; les institutions scientifiques du champ des aires culturelles ; les enjeux et perspectives pour les aires culturelles.

1.      La notion d’aires culturelles et sa genèse.

L’axe sur la genèse des aires culturelles vise à historiciser cette notion à partir de ses origines.

Il convient de garder à l’esprit que la notion d’aire culturelle est antérieure à sa reprise dans le champ du savoir scientifique: chaque groupe humain (local, national, régional, voire diasporique) tend à se légitimer autour d’un mythe ou récit collectif qui structure une identité partagée que le distingue de l’autre. Cette dimension éthique originelle des aires culturelles en tant que facteur d’identité collective n’est jamais totalement absente de la notion d’aire culturelle comme catégorie épistémologique. En France, il faut sans doute remonter à la création de l’Ecole des Jeunes Langues Orientales (1669), voire aux cabinets de curiosités pour comprendre comment s’est constituée la volonté de comprendre les cultures du monde, à partir d’une perspective très centrée sur les nations européennes. A partir des Lumières, la volonté de diffuser l’universalisme européen s’est progressivement heurtée à des dérives dont l’essentialisation des cultures en a été le trait le plus patent. Au vingtième siècle, la domination occidentale a perpétué cette vision d’un ordre du monde organisé autour de l’universalisme occidental. Les transformations de l’ordre du monde à partir des années quatre-vingt dix – notamment lié à l’accélération des échanges, à l’émergence de nouveaux pays à fort potentiel – impose de reconsidérer le sens de la notion d’aires culturelles.

La désignation des aires culturelles est elle-même problématique tant en France qu’à l’étranger. En France, les aires culturelles constituent un champ d’études fortement ancré sur le plan disciplinaire autour de la linguistique, de la littérature et  des sciences humaines et sociales (anthropologie, histoire, géographie) avec une représentation de ces disciplines en SHS plus ou moins forte selon l’aire étudiée. A l’inverse, la science politique a jusqu’à présent été considérée comme une discipline généraliste des aires culturelles, de même que l’économie s’est longuement imposée comme une science en dehors de tout référentiel culturel, du fait des méthodologies et des paradigmes scientifiques envisagés.

Dans une perspective comparative, les termes d’area studies dans le monde anglophone ou de regional studien en Allemagne demeurent des équivalents de traduction insatisfaisants du fait même que ces études s’insèrent dans des cadres de recherche très différents : les area studies aux Etats Unis ont dès le départ – avant la deuxième guerre mondiale –  eu vocation à servir des intérêts stratégiques d’Etat quand en France les visées éducatives ont pu représenter un enjeu tout aussi important dans l’esprit de Braudel à la même époque. De surcoît, il faut ajouter que les désignations diffèrent tout autant en fonction des disciplines tendant aujourd’hui à survaloriser les termes de regional spaces ou encore de regional power, dans une perspective orientée par les sciences politiques ou l’économie du fait de l’agenda politique et économique international, notamment lié aux émergents.

Comment articuler dès lors l’ensemble de ces approches dans les aires culturelles sans recréer de nouvelles oppositions qui pourraient sembler artificielles ?

2.      Les institutions scientifiques du champ des aires culturelles

Cette ambition pose la question des institutions scientifiques, que ce soit du point de vue de la recherche ou de l’enseignement des langues et civilisations. Dans quelle mesure la structuration actuelle des aires culturelles permet-elle de comprendre les logiques politiques, économiques et culturelles dans le contexte de globalisation actuel ?

Les transformations récentes de l’ordre du monde ont abouti à un décloisonnement des ruptures historiques au niveau politique (Est / Ouest), économique (Nord / Sud) et culturel (Orient / Occident), imposant des lectures nouvelles de certaines régions du monde. Ainsi, où situer la Turquie ?  Quid des pays de ce qui a été considéré comme ‘l’Europe de l’Est‘ et qui apparaissent pour beaucoup de spécialistes de cette région comme étant l’Europe médiane ? L’Afrique du nord se situe-t-elle au nord de l’Afrique ou à l’Ouest du monde musulman (Maghreb) ?

Ces questionnements – dont la portée politique peut être illustrée par les événements récents concernant l’Ukraine – résonnent aussi dans la structuration de la recherche française : comment favoriser une structuration de la recherche – c’est-à-dire des laboratoires en particulier – susceptible de rendre compte des réalités politiques, culturelles et économiques de manière cohérente à partir d’une régionalisation pertinente ?

Il a été question jusqu’à présent des visions du monde par les institutions scientifiques occidentales. Dans le contexte de globalisation et de transformation des équilibres géopolitiques, économiques et culturels, il s’agit aussi de s’interroger sur les visions scientifiques de l’ordre du monde des institutions des aires étudiées. Comment les institutions scientifiques extra-occidentales envisagent-elles la question des aires culturelles, et d’une façon plus générale l’ordre du monde ? Enfin, quelles peuvent en être les retombées pratiques sur les systèmes d’éducation dans le champ des aires culturelles, et plus généralement pour la connaissance des cultures du monde ?

3.      Enjeux et perspectives

L’ensemble de ces questionnements nous porte à saisir les enjeux et les perspectives liés à l’urgence de revisiter cette notion : au niveau théorique, il s’agit d’abord de s’interroger sur la question de l’universalisme  en se demandant dans quelle mesure les travaux sur/dans les aires culturelles permettent d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche sans tomber dans l’écueil d’un relativisme culturel ; dans une perspective critique, on peut aussi se demander en quoi les courants habituellement mobilisés – par exemple autour du postcolonialisme – sont susceptibles de rendre compte de nouvelles lectures des aires culturelles. Au niveau méthodologique, il s’agit de questionner, voire dépasser les oppositions classiques entre disciplines versus aires culturelles qui ont nourri le débat jusqu’à présent à partir de la critique des aires culturelles. Enfin, sur le plan conceptuel, l’objectif de ce colloque vise à faire émerger une idée, une notion ou un concept original porteur pour orienter les futures directions de recherche.

Area Studies / Cultural Areas : the Discussion (FR)

The scientific visions of the contemporary world – from the early 2000s — are in turmoil, because of the collapse of the geo-political, economic and cultural balances that had organized the post-war period (1945-1990) at the global level, along the notion of cultural areas as defined by Fernand Braudel. Indeed, several poles of excellence – in the Americas or in Europe (Germany, England) have begun to invest this field of reflection with a view to proposing new approaches. Strong with its Braudelian legacy, French and European research has the legitimacy and the capacity to propose and conduct further orientations on the international scene. In France, the recent creation of GIS (Groupements d’Intérêt Scientifiques, or clusters of scientific interest) in geo-cultural areas (Asia, Africa, the Muslim World, Americas) appears as a major attempt toward a redeployment and restructuring of research areas.

In this perspective, a first direction is to deconstruct the concept of « cultural areas ‘ by wondering whether it takes global dynamics sufficiently into account in today’s world organized as it is around principles of circulation, flow and subjective and collective perceptions, between or within nations caught in globalization. From the variable geometries which result from these logics can emerge new analytical categories such as the BRICS (Brazil, Russia, India, China, South Africa) which, if they maintain the concepts of territories and geographical spaces, question their relevance, and revisit their essentialist biases. If this re-zoning of the world appears as a major political issue, understanding it and honing sufficiently innovative conceptual tools and methodologies to encompass the phenomenon turns out to be a first-rate scientific challenge.

Recent scientific approaches take into account the encounters, circulations and repositioning of the territories through efficient methodological heuristics: new approaches to the Americas, for example, rely on the interconnections between North America, Latin America and the Caribbean. In this sense, the Institute of the Americas appears as a legitimate scientific player capable of sharing its experience in renewing approaches on the visions of the world, beyond the notion of cultural areas. Beyond that, it is to investigate links between cultural areas and disciplines, avoiding the pitfalls of what have been an oversimplified opposition, both from theoretical and methodological standpoints and in the structuring of academic and research institutions. To what extent can we sustain the relevance of the approaches by cultural areas without sacrificing their specificity in the humanities and social sciences, namely a body of area-anchored knowledge, giving particular importance to linguistic and cultural competence? Furthermore, what place does the study of new spaces of interculturality, between areal zones occupy today? Finally, in terms of the dissemination of knowledge, how can academic curricula evolve to take into account new contexts of professionalization at the global scale, providing effective responses to the collapse of the workforce in some sectors of minority areas?

To bring answers to these central issues, this Conference can be the occasion for an international scientific reflection on three levels: the genesis of cultural area studies; the scientific institutions in the field of cultural areas; the challenges and opportunities for area studies.

1.     The notion of cultural areas and its genesis

This first part aims to throw light on the genesis of the idea of cultural areas, starting form its institutional origins.

It should be borne in mind that the notion of cultural area emerged long before it was taken up by the field of scientific epistemology: each human group (at the local, national, regional, even diasporic level) tends to legitimize itself around a myth or collective narrative which structures a shared identity that distinguishes it from the other. This original ethical dimension of cultural areas is never entirely absent from the notion of cultural area as epistemological category. In France, one should probably go back to the creation of the Ecole des Jeunes Langues Orientales (1669) or even to the cabinets of curiosities to figure out how the will to understand the cultures of the world, from a very centered perspective on European nations emerged. From the Enlightenment, the ambition to disseminate European universalism gradually flowed into diversions, among which the essentialization of cultures has been the most obvious feature. In the twentieth century, Western domination has perpetuated this vision of an order of the world organized around Western universalism. Transformations of the world-order from the early 90s – particularly related to the acceleration of exchanges, to the emergence of new countries with strong potential – make it necessary to reconsider the meaning of the notion of cultural areas.

The phrase cultural areas is itself problematic both in France and abroad. In France, cultural areas are a field of study strongly anchored on disciplines linked to languages, literature, humanities and social sciences (Anthropology, history, geography) with a representation of these disciplines in HSS more or less strong depending on the study areas. Conversely, political science has so far been considered as the core generalist discipline of area studies, while economics has asserted itself as a science detached from any cultural context, given the methodologies and scientific paradigms it relies on.

In a comparative perspective, the terms of area studies in the English-speaking world or regional studien in German are unsatisfactory translating approximations, which is partly due to the fact that these studies are inserted in very different research frameworks: in the United States area studies have from the outset – before the second world war – been designed to serve the strategic interests of the State Department, while in France the educational objectives could represent an equally important issue in the minds of Braudel at the same period. It is also necessary to point out that designations differ much according to disciplines , as terms like regional spaces or regional power tend to hug the limelight in a perspective guided by political science or economics because of the international political and economic agenda, particularly linked to the emerging powers.

How therefore can all of these approaches in the field of cultural areas be articulated without recreating new oppositions that might seem artificial?

2.     The Scientific Institutions in the Field of Cultural Areas

This ambition raises the question of scientific institutions, from two points of view — research or the academic programs in languages and civilizations. To what extent does the present structuring of cultural area studies allows an adequate understanding of the political, economic and cultural logics at play in the current context of globalization?

The recent upheavals in world order have resulted in a decompartmentalization of the historical rifts at the political level (East vs. West), at the economic level (North vs. South) and at the cultural level (East vs. West), imposing new readings of certain regions of the world. For instance, where is Turkey to be placed?  What about the countries of what was considered to be ‘Eastern Europe’, now largely referred to as constituting a median Europe? Where to situate North Africa? At the north of Africa or West of the Muslim world (as Maghreb)?

These questions – whose political relevance can be illustrated by the recent events concerning the Ukraine – also resonate in the organization of French research as well as in other nations: how to foster a structuring of research – i.e. the perimeter of the research centers in particular – adequately to account for the political, cultural and economic realities through a relevant regionalization?

If the concern so far has been the visions of the world by Western scientific institutions, in the context of globalization and the shifting geopolitical, economic and cultural balances, it is also important to consider the scientific visions of the order of the world within the research institutions of the areas studied. How are non-western scientific institutions considering the issue of cultural areas, and more generally the order of the world? Finally, what may and should be the practical impact on education systems in the field of the cultural areas, and more generally for the knowledge of the cultures of the world?

3.     Challenges and Perspectives

All of these questions lead us to seize the challenges and opportunities related to the urgent need to revisit the concept at the theoretical level. We need to consider whether this question is universal, wondering to what extent investigation on/in the cultural areas allows to open new venues of research without falling into the trap of cultural relativism; from a critical perspective, we need to question to what extent usually mobilized approaches – for instance around postcolonialism – are likely to account for new readings of cultural areas. At the methodological level, we need to question, even exceed the classical oppositions between disciplines versus area studies which have fueled the debate so far in the critical discourse on cultural areas. Finally, on the conceptual level, the ambition of this symposium is to come up with a potent and original idea or concept to spearhead future directions in research.

Partenaires:

logo_ida logo gis asie GIS MO
cnrs_logo FMSH Web Site inalco CERI sc po logo
PRINTEMPS_labo_taille3 CHCSC_logo_taille2 UPGO logo ueve

                        @AiresCult


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 27/09/2014

    […] Le programme du colloque “aires culturelles”, organisé des 5 au 7 novembre par l’Institut des Amériques avec le CNRS, l’INALCO, la FMSH et les GIS et GDR d’aires culturelles, est en ligne. […]

  2. 15/10/2014

    […] octobre 2014 Par parisconsortium 12 ème COLLOQUE INTERNATIONAL de l’IdA : AIRES CULTURELLES Les 5, 6 et 7 novembre 2014 à […]

  3. 25/10/2014

    […] projet et ce carnet s’articulent autour du colloque Aires Culturelles 2014, organisé du 5 au 7 novembre prochain par le GIS Institut des Amériques à l’occasion de son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *